<< Page précédente Retour à l'index
Aller aux commentaires
Page suivante >>

Le Cri du Peuple 1815


1
J'étions si z'heureux y a quaqu'temps,
A présent queu misère !
J'sons tout nus et j’crois qu'aux Allemands
J’montrerons not'derrière.
Pour qu'au moins comm' des p'tits saints jean
On n'voi' pas not'nature entière
Rendez-nous notre paire de gants,
Rendez-nous notre père.

2
Notre chariot qu'était si roulant
Ne va plus qu'avec peine
C'est qu’l'attelage a ben l' sentiment
De stilà qui le mène
Pour qu'il aille plus rondement
Et pour mieux tenir les rênes,
Rendez-nous notre paire de gants,
Rendez-nous notre père.

3
C'Nicolas qui était si méchant
N'fait pas tant l'Croq'mitaine
I câlin pour avoir de l'argent
Plus tard i f'ra des siennes
Pour avoir nos écus, not' sang
L' coco z'a beau prend' des mitaines
J'aimons mieux notre paire de gants
J'aimons mieux notre père.

4
Ces jacos qui le voyant puissant Près d'lui sont si z'alertes
N'sentent pas que tout en l' poussant
I marchent à leur perte.
Pour cacher les traces du sang
Dont leurs mains sont couvertes
I n'y avait qu’notre paire de gants
I n'y avait qu'notre père.

5
Ces Césars devant lui si tremblans
Sont tout fiers d'leu conquête
Et d'avoir trahi leu serments
Pour se mettre à leu tête.
De c'beau trait laissons lui les gants ;
Mais nous qui n' sommes pas d'leu fête
Conservons notre paire de gants
Conservons notre père.
 
 Retourner en haut de page

VERSION POISSARDE
Air : Rendez-moi mon écuelle de bois 1815
Assurément, la version poissarde a plus de saveur que les poésies de M. Bouilly pour lequel ses amis, réflexion faite, n'avaient dit-on trouvé que ce compliment
Bouilly, bon Bouilly, Excellent Bouilly.
On imagine difficilement que de si placides mélodies aient pu servir de support à des diatribes contre « le Corse, le Monstre, l'Anthropophage.»
Ces airs toutefois sont restés au répertoire des enfants. Petit papa, c'est aujourd'hui ta fête, La soupe aux choux, Oh! la belle menotte sont l'héritage des chansons politiques de 1815.
Royaliste
[ Rejoindre | Page d'accueil | Au hasard | << Précédent | Suivant >> ]