<< Page précédente Retour à l'index
Aller aux commentaires
Page suivante >>

La Gueuse


I
Quand on pendra la gueuse au réverbère
Tout l'monde rigol'ra Tout Paris dans'ra.
On illumin'ra dans la France entière
Et pour les Youpins
Ça s'ra cett' fois l'coup du lapin
A bas les météques
Et les Francs-maçons !
Qu'on les foute à l'eau
Dans l'pays des poissons
Briand nag'ra
Comme il a la manière
Et Painl'vé boira ;
Son ventre' s'emplira ;
On verra sur le dos flotter
Doumergue
Et les députés
S'en aller comme les chiens crevés.

II
Quand l'Duc de Guis' viendra régner en France,
Y'aura plus d'mouchards,
Y'aura plus d'fichards,
Caillaux, Malvy se tordront dans les transes
Et le Merguedou
De l'Elysée fil'ra tout doux !
On pend'ra les traîtres 1
.On enverra paître
Poincaré, Mill'rand, solennels cornichons. Avec Mark-or iront à Charenton
Gustav' « la Victoire »
Et Valois « la Foire » !
En portefeuille, on mettra Dubarry,
A Giafferi
La ferme ! Au saloir, l'gros Téry !

III
Les Frèr' Trois-Points de la veuve
Publique Gavés et repus,
Nous n'en voulons plus !
Tous les coquins vivant de politique
Sans trêv' ni procès
Rendront leurs comptes aux bons Français !
Vive la Patrie !
Meur' la Maçonnerie !
La gueuse est malade et nous aurons sa peau !
Nous te ferons de dignes funérailles
Fille sans entrailles.
Pour venger l'drapeau
Cam'lots du Roi ; tous présents, tous debout !
La Gueuse à l'égout !
Elle s'y trouv'ra bien à son goût 1


IV
Pour balayer les gens d'la République
Camelot vas-y
Pas besoin de fusil !
C'est des étrangers
Ces lascars là, ça s'nettoie à coups d'trique !
Faut les secouer !
Faut pas t'gêner !
A bas la Marianne,
La fille à Bismarck
La France est à nous, la France de Jeanne d'Arc !
Aux camelots déjà partis en guerre,
Tout le monde se joindra
Tout le monde y viendra
Not' Roi sera le roi des prolétaires,
Le Roi des paysans,
D'tous les Français, d'tous les brav'gens I
 
 Retourner en haut de page

La musique de cette chanson était gravée. Mieux : sur une affirmation de l'entourage de l'éditeur propriétaire elle avait été tirée. Mais celui-d après nous avoir demandé le texte - que tous les étudiants connaissent depuis des années - n'a pu « en toute conscience » nous donner l'autorisation « de laisser publier ces paroles avec son nom d'éditeur ». Nous n'avons qu'à nous incliner et à refaire le tirage. Mais les Français sont assez nombreux qui sauront la chanter - même sans musique.

Sur cet air emprunté à l'histoire du Boulangisme M. Magnier, l’avocat, improvisa un jour des couplets virulents qui obtinrent tout de suite grand succès. Par exception à la règle fermant l'entrée du présent recueil aux chansons postérieures à 1910, on a cru devoir donner ici la mise à jour, telle que la chantent les camelots du Roi dans les réunions populaires.
Royaliste
[ Rejoindre | Page d'accueil | Au hasard | << Précédent | Suivant >> ]